L’analité d’après Bela Grunberger

Publié le par Aurore A.

Karl Abraham est un psychanalyste Berlinois, élève de Freud ; qui permettra à la psychanalyse d’être admise dans les cercles médicaux Allemand. Il développera notamment des thèses sur la libido, s’appuyant sur les Trois essais.

Il dit «  L’introjection de l’objet d’amour est un processus d’incorporation correspondant à la régression de la libido à l’étape cannibalique ». L’étape de l’organisation de la libido atteinte par le sujet, l’étape à laquelle il régresse en cas d’affection névrotique dépend de points de fixation qui se sont constitués au cours du développement libidinal. La psychanalyse reconnaît  trois étapes dans l’organisation de la libido : orale, anale et génitale. La pleine et entière aptitude à l’amour ne serait acquise qu’à l’étape génitale du développement de la libido. Les manifestations de sadisme de l’objet destructeur dans l’érotisme anal s’opposent aux tendances objectales aimables dans l’érotisme génital. Pour comprendre l’adulte aimant nous devrons comprendre avant tout la genèse des stades oral et anal.

  Le stade sadique anal est marqué par deux tendances : détruire et dominer. Ici l’ambivalence du sujet à l’objet est très marquée : positive en se l’appropriant, en le retenant et négative en le refusant (expulsion).  Les pulsions partielles de l’enfant montrent cette ambivalence : deux tendances au plaisir, la destruction (tendances hostiles) ou la domination (tendances conservatrices) de l’objet. L’analyse des névroses permet d’observer des réactions violentes chez certains patients, à la perte de l’objet comme dans la névrose obsessionnelle ou la mélancolie. Cette distinction est importante, de phase précoce et tardive, car c’est à cette période que la relation de l’individu avec le monde objectal change : c’est la conservation de l’objet qui prime. Freud nomme la mélancolie, la « perte objectale ».   Le mélancolique introjecte par essai de restitution alors que le paranoïaque, par exemple, projette.

L’analité d’après Bela Grunberger

 L’analité est différente de l’oralité sous divers aspects. La caractéristique première de cette phase est la maîtrise. B.Grunberger désigne le clivage narcissisme et pulsions comme un conflit fondamental. A la différence des autres stades pulsionnels, le stade anal a un mode d’investissement spécifique. Dans la phase orale, le monde est ouvert et illimité, dans le stade anal, «  la base énergétique de tout mouvement pulsionnel est la composante anale, et que l’enfant doit intégrer en temps voulu et dans des circonstances appropriées pour préparer ainsi ses maîtrises successives ».

 L enfant acquiert le contrôle de ses sphincters. Il apprend alors la maîtrise de ce qui est à l’intérieur de lui, il assimile ici les fondements de la réalité, en contraste avec le stade oral narcissique précédent. Il possède désormais un objet séparé de lui-même, source de plaisir et de maîtrise, substance manipulable. « Il peut placer hors de lui tout ce qui est source de déception narcissique, en gardant en lui même tout ce qui est source de plaisir et narcissiquement satisfaisant ». L’excrément devient support de l’investissement libidinal et symbole de ce qui est dangereux, ou détestable. Alors que l’oral cherche a atteindre son but en introjectant les objets comme faisant parti de lui-même, l’anal se pose face à l’objet, deviendra autonome en s’opposant.  En acquièrent l’autonomie  sur le pot, il devient maître de l’objet fécal, et décide de la donner, ou non : sa satisfaction dépend de lui. Le rapport sujet – objet devient un rapport maître esclave (position sadique ou masochiste).

 A ce stade, l’enfant dit souvent « non » défiant ses parents et son entourage, afin d’exprimer une opposition, il casse et déchire ce qui l’entoure : cette période lui permet de s’affirmer en tant que tel, ce qui lui permet d’affirmer son Moi. Il affirme sa maîtrise de l’objet en se plaçant au dessus de lui, en le dépouillant, le détruisant. Ce mécanisme rappelle le processus de digestion où l’aliment est incorporé, puis détruit, réduit par l’appareil digestif ( mastication, sucs gastriques etc.) pour enfin être expulsé, dépouillé de tout ses attributs, le corps ayant pris tout ce dont il avait besoin, pour ne rejeter qu’un déchet.

 

De cette période ne restera que la maîtrise acquise (sur le sujet non névrosé, le névrosé aura des points de fixation auxquels il régressera).   C’est dans ce stade que le conscient, la perception, le jugement plongent leurs racines. Pour Freud la civilisation est une tentative de sublimation de l’érotisme anal.

Freud indique un trait prépondérant dans l’analité : la possession que l’on retrouve chez les collectionneur par exemple qui recherche une possession absolue, totale de l’objet.

Il ne cherche pas à être aimé ou à aimer mais à être dominé ou à dominer. Il sera bien intégré socialement, répondant bien aux caractéristiques sociétales d’organisation, de hiérarchie car celles-ci font parties de la maîtrise des objets.


Publié dans l'Amour

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article